1 an déjà.... demain cela fera une année qu'Anaïs est morte. Ce mot si dur a prononcé parfois. Certains parlent d'envol, d'autres disent "il ou elle" est parti, une façon

IMG_0141

PICT5625

PICT4758

PICT2739

d'adoucir les choses....ca me met en colère parfois parce que pour moi, Anaïs est morte, elle ne s'est pas envolée comme un oiseau, elle ne s'est pas non plus transformé en étoile. Elle est morte...

Depuis quelques mois, ces mots ont pris une autre dimension. Plus on s'éloigne des événements et plus cela devient difficile...une grande tristesse en toile de fond. Le soleil continue à briller ( enfin pas trop cet été ) et les jours continuent à passer, sans que pour nous quoi que ce soit ne change, la douleur et le manque restent là.

1 an qui me semble une éternité et en même temps c'est comme si c'était arrivé hier...je vois encore ton dernier souffle, tes yeux qui se révulsent lorsque la vie a quitté ton corps...rien pu voir venir....à peine le temps de te sucurer un "je t'aime" au creux de l'oreille. Je te revois encore te lever de ton fauteuil roulant sous les yeux estomaqués du médecin...tu as reclamé un jus d'organge et n'en a pas bu une gorgée, juste l'envie..encore une dernière fois...et quelques heures après, à peine plus d'une, tu es morte. Je revois cette chambre d'hopital où nous avons passé tellement de temps, ce n'est sans doute pas un hasard si tu as décidé de terminer ta vie là-bas....

Je viens de me rendre compte que je suis passé à la 2ème persone du singulier...comme si tu pouvais me lire ma choupinette.

Est-ce plus dur parce que demain cela fera un an ? non, je ne crois pas...mainte et mainte fois j'ai revécu ses derniers instants et je n'ai pas besoin d'arriver à cette date anniversaire pour y penser. Elle est là tous les jours, soit par les souvenirs des moments passés, soit simplement par la vision de son visage, j'entends son rire, je vois ses petites dents de vampire.

1 an et  je fais un peu le bilan de cette année écoulée...

Les "et si" inexistants auparavant ont fait leur appariton dans mon esprit.

Et si j'avais eu la force d'être plus positive, si j'avais eu cette faculté de dire à ma fille qu'elle s'en sortirait quoi qu'il en soit, quoi que les médecins en disent ? est ce que l'esprit a un tel pouvoir sur le corps que même les causes "perdues" peuvent y arriver ?

Il semble que ce soit parfois le cas, alors parfois je me demande si....sans doute que la tristesse que je ressens vient aussi "fausser" mon jugement sur moi-même...

Et si certains traitements n'avaient pas eu lieu ? avons nous toujours pris les bonnes décisions ?

A quoi ça sert, me direz vous, de se torturer l'esprit ? on ne peut plus rien y changer...seulement voilà, je doute de moi, je doute d'avoir toujours eu la meilleur attitude, d'avoir pris les bonnes décisions.....

 

Pendant toutes ses années de lutte contre la maladie, c'est l'espoir qui nous a fait avancer..l'espoir de guérison...mais après un tel espoir déchu, que reste-il ?

L'espoir d'arriver à continuer sans elle ? oui, sans doute. Depuis sa mort, j'ai envie d'y croire ...mais il y a tellement de choses, de rencontres qui restent douloureuses qu'on a du mal à croire qu'un jour se sera plus "facile".

Ce matin au labo, j'ai piqué la maman d'une ado malade et en rechute à peu près aux même périodes qu'Anaïs. Nous ne nous étions pas croisées depuis très longtemps. Léonie va entrée en Fac. Elle est en rémission depuis peu et a fini ses traitements il y a seulement 3 semaines. Puis vient la question " et votre fille ?"....." elle n'est plus là". Les larmes montent bien que j'essaye de les retenir, je sens son malaise...que dire ? Je ne pensais pas réagir ainsi....je crois que ce qui m'a fait le plus mal c'est que Léonie s'en soit sortie et pas Anaïs...

Cela me fait penser à cette autre maman que j'ai piqué debut juillet et qui, au milieu de la conversation, me dit que c'est dur depuis que son fils est mort d'un cancer...ah bon, vous aussi ? quand ? où ? mais on s'est déjà croisé, cela me revient...oui oui je connais le nom de votre enfant....ahh vous animez un atelier bijoux pour les mamans endeuillées, quelle bonne idée !!! le rv est pris pour le rentrée...ce fut une chouette rencontre sur mon chemin, j'espère que ça ne s'arrêtera pas là. Nous avons pleuré toutes les 2 en parlant de nos enfants, de notre manque et il n'y avait aucune gêne, ça fait du bien...

Demain, ca fait 1 an et elle est avec moi comme si c'était arrivé hier. Je regardais des videos hier soir que je n'avais vu depuis plusieurs mois et la 1ère chose qui m'est venue à l'esprit est " tu n'as pas changé, je me souviens toujours bien de toi, je n'ai rien oublié de toi, de tes mimiques, de ton rire....". Cela fait un moment que je n'ai plus besoin de la voir par le biais des photos et des videos, elle est dans ma memoire en permanence. Mais ça fait du bien quand même de regarder quelques souvenirs. Je sais qu'avec le temps, certains vont s'effacer, ça me fait peur et en même temps, je sais qu'il n'y a pas d'oubli, elle sera là jusqu'à la fin de ma vie, c'est une conviction.

 

 

A l'heure d'aujourd'hui, je n'essaye pas de me projeter dans l'avenir, je laisse venir. Je sais juste qu'il n'y a plus de combat à mener, je me laisse vivre et ressentir ce qui me vient, aussi difficile que cela soit...rien ne sert de remettre à demain ce qu'il faudra vivre un jour de toute façon.

Je suis heureuse de ne pas être seule, d'être entourée de famille et amis pour traverser cette épreuve...grâce à Anaïs les liens se sont renforcés avec beaucoup de personnes. Bien que, beaucoup encore, disent ne pas savoir comment nous aider, il n'y a aucun doute à avoir sur le soutien qui nous est apporté...un apéro, un repas, une semaine de vacances, ce sont nos petits plaisirs et j'espère que nous savons sufisament vous montrer que cela est important pour nous.

Ce sont mes priorités à l'heure actuelle , ma famille, mes amis...être le mieux possible, malgré ma tristesse latente, pour profiter de tout ce petit monde qui m'entoure. Bon, Nolwenn aimait mieux quand je ne travaillais pas...c'est vrai que depuis que je travaille, elle va moins bien...fin d'année scolaire difficile au niveau relationnel, sentiment d'incompréhension, d'injustice? Difficile pour elle de se retrouver seule à la maison, l'absence d'Anaïs n'en est que plus grande. 

Nolwenn est en "crise"....crise d'ado, sans aucun doute, ça fait en moment qu'on en a les prémices...... crise de larmes, crise d'injustice, crise de "mais vous ne comprenez rien", crise d'angoisse, crise de " tout le monde m'en veut".....c'est dur de l'aider, dur de faire la part entre le deuil et l'adolescence....c'est dur de rester zen, bien quon aimerait prendre les choses avec plus de légéreté...la sentir mal nous renvoit à notre propre mal être donc on va faire appel à quelqu'un pour y voir plus clair. Nolwenn voudrait un chien, Nolwenn voudrait un petit frère ou une petite soeur.. pourquoi pas un poisson rouge ? ce serait plus simple.

Nous étions 4, nous ne sommes plus que 3...faut-il reconstruire cette famille à 4 ? je laisse le temps donner la réponse, encore un peu tôt mais 40 ans oblige, il faudra pas attendre trop longtemps non plus.

 

Désolé, moi et le PC on fait 3 donc les photos ne sont pas au bon endroit, c'est pas grave elles sont là quand même...Ma Nana et ses grimaces, mes nenettes et leurs calins...des moments dont il faut savoir profiter.